La presse, les blogueurs et les libraires commentent L’Archange du chaos

A 57 ans, Dominique Sylvain n’est pas du genre à se satisfaire de la routine… Plus que l’intrigue elle-même, c’est bien ce duo épatant, terriblement humain, qui fait la force du quatorzième roman de la talentueuse romancière.
Marianne Payot, L’Express

Tout chez Dominique Sylvain est savamment dosé, autant le gore que l’humain ou le psychologique. Epatant !
Sylvie Metzelard, Marie France

… Une intrigue diablement bien ficelée et une écriture très inventive… Réjouissante redécouverte de cette auteure tellement talentueuse.
Pascale Frey, ELLE

Avec ce nouveau roman, l’écrivain démontre qu’elle n’a pas son pareil pour installer un décor, instiller une atmosphère.
Mohammed Aïssaoui, Le Figaro littéraire

Dominique Sylvain trouve un nouveau souffle dans cet Archange du chaos. … La romancière se déplace subtilement de l’enquête à la quête, préservant un rythme et un style tendus à l’extrême.
Christine Ferniot, LIRE

Dans la digne et sombre lignée de Vox.
Anne Smith, Télé7jours

… Ce roman policier est sans doute l’un des meilleurs de ces dernières années. Dominique Sylvain connaît Paris, aime la capitale et nous donne envie de parcourir ses rues, ses anciennes carrières… mais certainement pas ses caves et ses chantiers d’immeubles en construction !
Brice Vauthier, librairie L’Etagère

Tandis que le récit file à un rythme soutenu, porté par un style asséché, puissant et rugueux, dans un Paris dont le décor est formidablement exploité, la romancière plante ses héros en quelques traits vifs, qu’elle arrondit de zones d’ombres judicieusement dévoilées au fil des pages.
Bookfalo Kill, Cannibales Lecteurs

Dominique Sylvain abandonne ici son duo de choc de Lola Jost et Ingrid Diesel mais que ses fans se rassurent, L’Archange du chaos est un thriller tendu, extrêmement élaboré et brillant… Une virtuosité qui séduira les lecteurs les plus exigeants. Ses personnages, denses et complexes, sont aussi extraordinairement attachants.
Christine Oddo, onlalu

Ce sont des portraits fouillés, riches en nuances, voire en demi-teintes, que dessine Dominique Sylvain… Un suspense aussi sombre que palpitant, une belle réussite.
Claude Le Nocher, Action-Suspense et ABC Polar

Dominique Sylvain place certes l’enquête au premier plan, mais ce qui la passionne, ce qui nous passionne, ce sont les relations entre toutes les personnes de l’équipe ».
… Cette dernière scène à Rungis, est fantastique, et la conclusion d’une noirceur que j’adore. Après un premier tome si réussi, on ne peut qu’en demander plus. Alors, A quand le prochain ?
Pierre Faverolle, https://blacknovel1.wordpress.com

Pour autant, ce n’est pas tant la recherche du meurtrier qui prime dans cette histoire que l’intérêt porté à Carat et ses hommes, et femme puisque outre Franka, la nouvelle venue, il doit rendre compte à Christine Santini sa chef. Et les réunions sont parfois houleuses. Il n’est pas au bout de ses surprises et le lecteur non plus qui découvre peu à peu des pans entiers de cachoteries qui s’écroulent peu à peu entre tous ces « héros ».
A mon avis, que je partage pleinement avec moi-même, ce roman est le plus abouti de Dominique Sylvain, qui possède pourtant de très belles réussites à son palmarès.
Paul Maugendre, http://leslecturesdelonclepaul.over-blog.com

Rien ne vaut un bon polar comme poste d’observation de nos névroses. Sur ce registre, Dominique Sylvain trace depuis vingt ans les sillons noirs des dérèglements divers de ses contemporains, déséquilibres particulièrement soignés dans « L’archange du chaos »…
… Le placide Carat et l’énergique Kehlmann cachent des secrets opaques à souhait. Dominique Sylvain distille les indices sur les failles de ses deux héros. Lestés de culpabilité, fendillés de part en part, ils maquillent leurs fragilités sous les désordres des autres, la meilleure planque qui soit.
Autour d’eux, s’ordonne le ballet des suspects, des adjoints, des seconds rôles aussi attachants que Joey, le frère de Franka, garçon fantasque, photographe dilettante aux intuitions fulgurantes. Leur père surnommé « Le Chacal », brillant universitaire porté sur la bouteille, mérite aussi le détour tandis qu’autour du Palais de justice, Jacques Vergès se dessine en filigrane sous le portait d’un avocat retors. Non loin, un juge séduisant vibre pour la jolie Franka Kehlmann.
En somme, chaque hôte de ce nouveau polar pourrait assurer la fortune d’un psychanalyste. Mais Dominique Sylvain se garde bien de les approcher d’un divan. Elle préfère les lâcher dans un Paris inquiétant, fouillé jusque dans ses replis les plus inattendus.
Frédérique Bréhaut, http://lemainelivres.blogs.lemainelibre.fr

Dominique Sylvain a réussi à surmonter le terrible défi de me faire oublier Ingrid et Lola, en me présentant Bastien Carat et la très attachante Franka Kehlmann…
Évidemment, on retrouve avec plaisir le style de Dominique Sylvain, une écriture toute en finesse, où le lecteur se laisse emporter par des scènes sombres et horribles, écrites avec une poésie urbaine aux accents de tendresse et de violence… On ne lit pas du Dominique Sylvain, on se laisse imprégner par son récit, on apprend à aimer ses personnages et on s’y attache et on se retrouve, à la fin, avec une histoire qui nous a charmé et un goût de « revenez-y » incessant.
Richard Migneault, http://lecturederichard.over-blog.com

Le duo naissant Kehlmann / Carat fonctionne à merveille au fur et à mesure qu’apparaissent les failles de chacun et que l’on devine les blessures et les doutes qui ont forgé leurs caractères…
Au fil de l’enquête, tandis que chacun gagne petit à petit la confiance de l’autre, on voit se former l’embryon d’une nouvelle équipe et l’on se demande qui, de la petite nana ou du grand costaud, va protéger l’autre.
Nicole Grundlinger, http://www.motspourmots.fr/

Le rythme du thriller est rapide, les chapitres sont très courts et l’auteur ne s’encombre pas de descriptions inutiles. De plus le suspense va crescendo ; si j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire au début du roman, je n’ai ensuite plus pu m’arrêter de lire avant le dénouement final. Et quel final !!
Andrée la papivore, http://andree-la-papivore.blogspot.fr

Un thriller psychologique, oppressant et efficace, impossible à lâcher ! …Rythme soutenu, montée inexorable de l’angoisse, voici une première enquête très réussie qui confirme la qualité de l’écriture de Dominique Sylvain et nous donne envie de découvrir la suite des aventures de ces deux enquêteurs.
Marie-Adélaïde, librairie Doucet

Entre les personnalités des uns, le caractère ou le manque de motivation des autres, l’auteur met en scène des personnages très humains, très nuancés. Pas de héros, chacun a ses failles, sa vie, ses envies, ses désirs. Et dans les coulisses de l’enquête, les jeux des rapports de force entre avocats, juges et membres des forces de l’ordre sont un petit théâtre passionnant.
Le tour de force de l’auteur, c’est de réussir à alimenter son récit d’anecdotes historiques sans donner l’impression à son lecteur d’assister à une conférence. Tout est subtil, imbriqué dans l’enquête, et l’on se retrouve à causer ordalie, torture moyenâgeuse, punition divine et étude de la Bible sans avoir quitté les locaux de la police… Et puis le style de Dominique Sylvain est incroyable. La langue est travaillée, le vocabulaire précis et recherché, les répliques assassines, c’est un très beau texte littéraire au service d’une histoire aux rebondissements inattendus.
http://www.etenplusellelit.fr



Laisser un commentaire